Et si tout s’effondre ?

Rédigé par Monk Jean Paul Aucun commentaire
Classé dans : articles Mots clés : aucun

Et si tout s’effondre ?

Tout change, tout a une fin, on l’oublie souvent mais les problématiques chères aux hommes notamment environnementales ou sociétales ne sont rien au niveau de la Nature.
Les extinctions d’espèces, la pollution, les pandémies, la sur exploitation des ressources mettent en péril l’humanité et certain animaux mais aucunement la Nature.

Le Tao n’a rien à faire des hommes, des animaux, des plantes, ce ne sont que des processus suivant la voie. Des « chiens de pailles ».

Le « processus » Terre a aussi une fin, le soleil, tout est une question de temps et la perception du temps individuelle est très liée à notre propre durée de vie.

Nous sommes insignifiants et avec une fin, non seulement notre petite vie égocentrée, mais également l’ensemble de l’humanité et de l’activité humaine.

L’homme a les chevilles qui enflent et vie dans un grand dérapage incontrôlé.
Il se prend pour un grand Architecte maître du monde, mais cette idée de Dieu responsable est la preuve de la profonde limitation intellectuelle dont fait preuve l’homme.

Nous jouons depuis trop longtemps avec le Feu, sans en comprendre les conséquences, les animaux ont la sagesse de ne pas entraver la marche des choses.
Mais tout cela aussi est parfait, tous les possibles naissent du Tao.

Pourquoi tout semble déraper ? Car l’humanité est un processus qui finira par s’élever puis chuter comme toutes les vagues et choses issues du tao.

Chaque acte n’est ni bon, ni mauvais. Il n’y a rien de vert, rien de complètement « bon ».
Tout a un revers de médaille, aucune solution miracle.
Tirer la couverture du monde à vous et elle manquera ailleurs.

Alors, il faut savoir poser la loupe et voir l’immensité du monde, la place miniscule de l’homme dans tout ce joyeux bordel qu’est la vie.

Nous suivons le Tao, peu importe ce que nous pensons, ressentons ou nos concepts de bonté, les choses se déroulent toujours parfaitement.

Lâcher tout, admirer la perfection du monde.

Se retirer dans sa plénitude intérieure, voir le monde comme chien de paille du Tao.
Nous ne sommes que du charbon alimentant la fournaise du Tao.

Inutile, insignifiant, divaguant sans but, qu’elle joie.
Je trinque à la vie.

Photo Merci @ollivves

Écrire un commentaire

Quelle est le deuxième caractère du mot 5qdnbxpk ?

Fil RSS des commentaires de cet article